28
Fév

Retrouvez votre zone de confort

 Juste un Clin d’œil  de fin de semaine

Je suis toujours assez surpris quand, lors des démarches de développement personnel,  il est demandé de “sortir de sa zone de confort”.  Même si je peux comprendre la finalité, je trouve les termes étonnants.

En effet, une personne sollicitant un accompagnement est souvent une personne en difficulté relationnelle,  personnelle ou  en recherche de sens, de confiance, de  sérénité …  Est-elle  donc réellement dans  sa  zone de confort? Est-elle hors de sa zone ou est-elle à la recherche d’une zone de confort?

“Oui mais…” ,  cela veut dire “sortir des habitudes,  des automatismes de nos  pensées, …”  Une personne ne sort-elle pas de  sa zone de confort par le fait même d’aller vers un professionnel?   Aller vers l’inconnu avec un inconnu,  se livrer, parler de soi, se remettre en question, parler en terme de “je”, … est-ce si confortable?

… Comme quoi les mots peuvent être piégeants.

Ou alors, la zone de confort, contrairement  à ce que l’on pense, n’est pas attachée à la notion de bien-être, … si les choses disent autre chose que  ce qu’elles disent , cela devient compliqué.

Derrière cette demande  n’y aurait-il pas une interprétation du mot confort qui rejetterait l’idée que le confort peut contenir des zones de turbulences et de difficultés ?

J’ai un très vieux divan avec un ressort déboîté, qui parfois me perce la fesse ou la côte ou le bras, et c’est pourtant un endroit très agréable.

…. Comme quoi les mots peuvent être piégeants.

 

La zone de confort est-elle liée aux difficultés quotidiennes ou fait-elle écho aux valeurs que nous portons?

Exemples

Une personne réfléchit à son avenir car son travail actuel ne lui convient plus. Il ne rencontre plus ses valeurs d’indépendance, sa volonté d’être plus proche de la nature. Par ailleurs, ce travail lui rapporte de l’argent, un statut,  un réseau social et une sécurité matérielle.

Sa zone de confort est-elle la sécurité du travail et le mal-être associé, ou la recherche du changement associée à ses valeurs,  malgré les incertitudes et l’inconfort?

Voyons aussi Roméo et Juliette : Pour autant que je me souvienne, leur situation familiale respective n’était pas des plus simple, leur relation était un peu confuse et les sentiments associés n’étaient pas d’une sérénité absolue…  Mais où était leur zone de confort ?

Comme quoi les mots peuvent être piégeants.

 

Si ma zone de confort c’est la navigation à voile, les tempêtes, la pluie,  le tangage et le roulis font partie de cette zone.

Confort et inconfort sont deux faces d’une même pièce, l’une ne va sans l’autre. Il est impossible  d’avoir  une pièce de deux euros sans  la face pile ou la face face… et c’est vrai pour n’importe quelle pièce d’ailleurs, …

Ainsi, trouver sa zone de confort c’est accepter  les deux faces de la pièce de la vie. Ce n’est donc pas sortir de sa zone de confort, c’est à l’inverse en prendre pleinement possession et l’accepter avec ses différents visages. Attention accepter, ce n’est pas tolérer. Pour bien comprendre la nuance, le Dr Russ Harris pose la question “Préférez-vous être toléré ou accepté par vos amis?”

Ainsi la formule “sortir de sa zone de confort” est  à contre bon sens .

Par contre, profitez  bien de votre zone de confort remplie de zones de turbulences.

Ce n’est qu’un clin d’œil pour sortir des idées stéréotypées

Photo by Abdelrahman Hassanein on Unsplash

#coaching,  #emcc,  #ACT,  #développment personnel